Exclusivité ! Le groupe Unibail-Rodamco est sauvé !!!

Publié le par uni-contre-uni.over-blog.fr

  

Chers Commerçants, Chers Amis,

 

C’est à peine croyable mais Unibail a trouvé LA solution à toutes ses misères…

 

Nous savons que ce groupe, leader européen de l’immobilier commercial, a traversé [parlons au passé] une période particulièrement difficile (cf. l’article « Unibail face à son destin »); celle-ci a d’ailleurs engendré des pertes abyssales :

 

1.470.000.000  d’euros en 2008

1.110.000.000  d’euros en 2009

 

[Pour le commun des mortels, il ne s’agit pas d’anciens francs mais bien de « nouveaux euros » et les derniers zéros ne correspondent pas aux centimes…]

 

Pour faire simple, on dira 1,47 milliard € de pertes en 2008 et un peu moins en 2009…

 

Petite précision utile, la baisse de rémunération de Monsieur Guillaume Poitrinal, Président du Directoire et Directeur Exécutif d’Unibail, n’explique pas à elle seule la légère « amélioration » constatée en 2009…

 

En fait, contrairement à une idée reçue, la rémunération fixe de ce grand patron (7OO K€) n’a absolument pas diminuée en 2009 ! [Avez-vous remarqué que dans les cimes où cohabitent les grandes sociétés du CAC, les superlatifs de rigueurs sont souvent « grand » et « gros » ??? GRANDS groupes, GRANDS projets, GRANDS patrons, GROS salaires, GROS cigares et… GROS déficits !!!]

 

Guillaume Poitrinal

2008

2009

Rémunération fixe

700.000 €

700.000 €

Montant total réglé

2.227.295 €

1.459.739 €

 

La différence entre la rémunération fixe et le montant total réglé s’explique par de petites bricoles telles que : cotisations de retraites, stock-options, avantages divers, etc… et incentives court (STI) et long terme (LTI).

 

[Demain, c’est la rentrée des classes alors un peu de pédagogie…]

 

« Une question les enfants ? »

« Moi, moi, m’sieur !!! »

« Je t’écoute mon petit… »

« C’est quoi m’sieur une incisive ??? »

« Non mon petit, dans le cas présent, il s’agit du mot incentive »

« C’est un mot d’origine anglaise qui pourrait se traduire par « motivation ».

 

Sauf erreur, dans les affaires un incentive n’est rien d’autre qu’une prime d’encouragement ; un stimulant ! Les incentives sont des moyens, souvent pécuniaires, qui permettent à des personnes (ou des groupes) de se motiver… On offre une récompense en échange d'une action effectuée, d’un score réalisé, d’un objectif atteint ! [on doit certainement considérer dans ce milieu, qu'un gros salaire (rémunération fixe) n'est pas une motivation en soi...]

 

 

Pour faire très simple une nouvelle fois, on dira que c’est « une médaille en chocolat » !!!

 

Bon, faut reconnaître qu’avec 1.400.000 €, on a déjà affaire à une belle médaille en chocolat qui conduira certainement plus son bénéficiaire à une crise de foie, plutôt que vers une crise de foi... 

 

Récapitulons, en plus des 700.000 € de rémunération fixe versés en 2008 et 2009, M. Poitrinal a perçu :

 

Guillaume Poitrinal

2008

2009

Incentive STI

923.333 €

344.595 €

Incentive LTI (et autres stock-options, etc.)

510.000 €

325.000 €

 

C’est ce qu'on appelle une rémunération globale [rémunération intrinsèque + rémunération extrinsèque], inhérente aux grands patrons...

 

C’est donc principalement la différence entre les incentives 2008/2009 qui aura fait baisser la rémunération annuelle du grand patron.

 

Et là, je dis qu’il y a une Justice ! si si !

 

En effet, si Monsieur Poitrinal a perçu comme « prime d’encouragement » un bonus de plus de 1.400.000 € en 2008 (avantages et autres compris) c’est parce qu’il n’est pas évident qu’un groupe réalise une perte annuelle de près de 1,5 milliard d’euros (1.500.000.000 €) !

 

Aussi, il est naturel que ce dernier reçoive l’année suivante « une prime d’encouragement » diminuée (n-1) dans la mesure où le groupe n’a perdu qu’un peu plus d’1,1 milliard d’euros (1.100.000.000 €).

   

Tentons de voir les choses différemment...

 

> si une caissière d’hypermarché se fait prendre en train de récupérer un bon de réduction abandonné, et que celui-ci, par exemple, lui permette de pouvoir enfin acheter à sa fille ce fichu stylo « Hello Kitty », elle sera virée sur le champ pour faute lourde !

 

> si un Big Boss fait perdre en une seule année à son groupe 1.500.000.000 €, on lui donnera, en plus de sa rémunération fixe, une prime d’encouragement de 1.400.000 € !!!

 

Peu m’importe si l’on me traite de démago, les faits sont là et comme dit un ami « les faits sont têtus » !!!

 

Revenons au sauvetage d’Unibail, que dis-je, au MIRACLE !!!

 

Il semblerait que ces derniers aient trouvé un remède incroyable à tous leurs maux (crise conjoncturelle, structurelle, vieillissement et désertification de leurs Centres Commerciaux, banalisation de l’offre commerciale, manque de dynamisme de certains sites, difficultés à commercialiser, à entretenir, à investir, baisse de la valeur locative, incompétence d’untel ou d’unetelle, etc.etc.)

 

Et là, Unibail à fait très très fort !!! C’est à peine croyable mais ils ont réussi le coup !!!

 

Ils ont tout simplement engagé « une bonne fée » !!!!!!!!!!!

 

 

Carabosse 

Quelle audace ! Quelle idée de génie !!!

 

Et là je dis « respect », car seuls des anciens d’HEC, et leurs esprits féconds, pouvaient opposer aux difficultés actuelles une contre-mesure surpuissante…

 

En plus, ça n’est pas la petite fée ordinaire type « fée du logis », non non, c’est LA « bonne fée » ! Celle qui distribue du pognon (pardon pour la trivialité) aux clients d’un Centre Commercial Régional, propriété d’Unibail…

 

 

Numériser0010

Un seul mot me vient à l’esprit, chapeau ! [fée, chapeau = jeu de mots… Que voulez-vous, on ne se refait pas !]

 

En revanche, ce qui est surprenant dans cette action, c’est que cette « bonne fée » n’a pas été « parachutée » dans un Centre Commercial où les affaires sont difficiles telles qu’à Bobigny 2 ou Ulis 2 (propriétés d’Unibail), non, celle-ci exerce paisiblement dans le Centre Commercial Régional « Les Quatre Temps » (La Défense), un Centre où tout va pour le mieux !

 

Ben oui, Les Quatre Temps fait même partie des seuls (4) Centres Commerciaux présents sur le site web Unibail « Rêvons plus… » !

 

En même temps… imaginez juste deux minutes si cette bonne fée devait bosser à Bobigny 2 et Ulis 2…

 

Passons sur le temps passé dans les transports car le balai reste un moyen de locomotion très efficace ; non, je fais allusion à la masse de travail qui lui incomberait !

 

D’autant plus qu’avant de distribuer du fric aux clients, il faudrait déjà qu’il y ait… des clients ! Ben oui !!!

 

Imaginez alors un peu le nombre de coups de baguette magique…

 

Une « bonne fée » avec une « bonne tendinite », ça ferait mauvais genre !!!

 

Allez, trêve d’humour et de plaisanterie pour finir sérieusement cet article.

 

Pour qu’un groupe, tel qu’Unibail, en soit à distribuer des sous aux clients (certes en bons d’achats) pour les faire venir (ou revenir) dans un Centre Commercial, c’est que la situation ne doit vraiment pas être bonne…Je dirai même que ça dérape sévèrement…

 

J'ajouterais que tout cela semble bien révélateur d’une situation sans perspectives où les solutions ressemblent à du bricolage…

 

Après avoir donné dernièrement du fric aux actionnaires (1,8 milliard d’euros) et maintenant aux clients, quelle sera la prochaine mesure d’Unibail ?

 

Que penseront les actionnaires ?

 

Qu’un gros bateau est en train de couler ???

 

@+

Numériser0001-copie-1 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article