Les titres Unibail-Rodamco et Vivendi agités par des recommandations

Publié le par uni-contre-uni.over-blog.fr

market-verybig
En nette hausse, Vivendi bénéficie du soutien de Deutsche Bank quand Unibail-Rodamco souffre de l'abandon du conseil à l'achat de Bank of America-Merrill Lynch.

 

En l'absence d'actualité en ce mois d'août autour des entreprises, le marché parisien est animé ce jeudi par les avis d'analystes.  Comme en témoigne le palmarès du CAC 40 où Vivendi et Unibail-Rodamco subissent des sorts contrastés.

 

Le premier caracolait dans la matinée en tête de l'indice vedette de la Bourse de Paris sur un bond de 2,5% à 18,29 euros. La valeur profite d'un relèvement du conseil de Deutsche Bank, passé de "conserver" à "acheter" sur le dossier.

 

Le broker a aussi revu à la hausse son objectif de cours de 21,50 euros à 23,50 euros. L'analyste juge en effet la valorisation de la filiale SFR sous-évaluée dans le cours de Vivendi qui évolue pour sa part à des plus bas de sept ans.

 

De son côté, Unibail Rodamco accuse une des plus fortes baisses du CAC 40 après que Bank of America-Merrill Lynch a abaissé sa recommandation sur la valeur. Le titre de la société foncière abandonne 1,7% à 144,80 euros.

 

Le broker estime le potentiel de croissance future d'Unibail trop cher payé. Du coup, il est passé d'un conseil d'achat à neutre tout en ramenant son objectif de cours de 155 à 148 euros.

 

Dans le secteur immobilier, Bank of America-Merrill Lynch préfère plutôt Klépierre qui offre, selon lui, plus de valeur. Il réitère son conseil d'achat mais ajuste son objectif de cours, passant de 30,40 à 29 euros. L'action Klépierre en profite et gagne 0,7% à 24,24 euros.

 

Même hors CAC 40, les changements de recommandation animent donc la cote. Egalement sous les feux des projecteurs des analystes, PagesJaunes est orienté en nette baisse (-2,4% à 7,83 euros) alors que JP Morgan a dégradé le dossier d'achat à neutre.

  

L'intermédiaire a également réduit son objectif de cours de 11,30 euros à 9,90 euros. Selon lui, l'heure des prises de profits est arrivée sur le titre qui affiche une jolie performance depuis le début de l'année (+0,6% quand le SBF 120 recule de 6,3%).

 

latribune.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article